A gauche, la pochette de Coexist, l’album de The XX.

A droite, un aperçu de l’iBookstore d’Apple.

Les derniers albums de The XX et Bob Dylan en streaming sur Spotify le jour même de leur sortie officielle ; tous les livres de la rentrée littéraire dans les rangées virtuelles de l’iBookstore d’Apple… Les déboires de l’industrie musicale font tache d’huile. Septembre 2012 marque un tournant dans l’offre culturelle numérique et n’annonce rien de bon pour les libraires – on ne parle plus du sort des disquaires, scellé depuis belle lurette.

Comment les tables pourront-elles résister aux tablettes ? Y a-t-il un libraire qui peut rivaliser en permettant la lecture gratuite des cinquante premières pages d’un roman ? Capable de recenser les avis des lecteurs, enthousiastes ou non ? Autant de facilités offertes aux lecteurs par les liseuses (bien joli mot !).

Le deuil du papier est en marche. A mes yeux embués, il n’y a guère que la BD, et notamment les mangas haut de gamme, qui pourront encore résister aux écrans. Sniff.

Comment