Le clou de l’histoire, c’est à Pierre Rolland (Europcar) qu’on le doit. Ce Rolland associe le courage à la sottise la plus complète. Alors que le groupe maillot jaune met les freins sur les cocottes pour attendre Evans dans un fair-play qui l’honore, Rolland, lui, accélère et se barre. C’est de l’humour d’Europcar, comme il y a un humour ariégeois. Ce Rolland va un jour se trouver coincé entre l’éclair et le tonnerre.
— Jean-Louis Le Touzet dans le Libé du jour, pas très convaincu par les explications de Pierre Rolland qui semblait avoir profité du jet de clous sur la chaussée pour tenter une attaque, dimanche après-midi.

Comment