Alors que se profile vendredi 21 la sortie de l’iPhone 5 et que paraît la réédition de l’album Bad de Michael Jackson, je me rend compte que cette furieuse habitude de priser la nouveauté dès le jour de sa sortie remonte à 25 ans.

J’avais donc autour de 15 ans lorsque je faisais le pied de grue à la porte du disquaire de la rue du Val de Mayenne – il s’appelait Melody – pour toucher le disque tant convoité. Pour tout dire j’étais envieux des journalistes qui pouvaient tout écouter et lire avant le Jour J.

Il y a eu les albums de Prince quand chaque année à l’automne un nouveau arrivait dans les bacs. Fort de la complicité gagnée avec le patron du magasin, il est même arrivé que j’obtienne la précieuse galette en vinyle avant la sortie officielle. Le pompon fut quand le remarquable professionnel dégota pour moi la K7 inédite du Black Album de Prince.

Sur wikipedia, je lis : “The Black Album est un disque de Prince initialement enregistré en 1987 mais dont la sortie avait été annulée in extrémis. L’album a finalement été édité en novembre 1994”. Aucun souvenir d’alors. J’étais passé à autre chose.

Comment