Capture d’écran 2012-11-15 à 19.01.13.png

Dans la série “on est vraiment peu de chose”, je lis dans Le Monde daté de vendredi qu’une star-up américaine a inventé, avec une forme de succès, le journaliste local automatique. Dans son article, Yves Eudes (une machine ?) explique comment :

L’automatisation et la centralisation s’appliquent d’abord à la collecte de l’information locale : “Prenons une ville américaine de 30 000 habitants, explique Brian Timpon, patron de Journatic, qui compte 800 ou 900 organisations - commerces, entreprises, écoles, églises, institutions municipales, associations, clubs de sport, etc. Grâce à des recherches sur le terrain et sur Internet, nous identifions les gens qui savent ce qui se passe dans chaque organisation.
Puis Journatic les contacte pour leur demander de lui envoyer bénévolement des informations, le plus souvent possible : “En général, les gens sont enthousiastes, ils ont très envie de communiquer. Il y a des exceptions avec les écoles et les administrations, qui n’ont pas l’habitude de partager leurs données, mais la loi sur la liberté de l’information les y contraint.
Journatic a aussi besoin de travail humain classique : mise à jour manuelle de la base de données, conception des formulaires, et bien sûr rédaction et édition des articles… Pour cela, Brian Timpone a décidé de mettre à profit la puissance d’Internet et de faire appel à de la main-d’oeuvre étrangère à bas coût : “Pour toutes les tâches, simples ou complexes, j’ai trouvé des free-lances très compétents en Ukraine, en Biélorussie, au Brésil, au Ghana, et surtout aux Philippines.

L’article ne se contente pas de décrire les méthodes de Journatic :

Un peu partout, on assiste à une progression de l’automatisation des tâches des journalistes de presse écrite. Dans un autre gratte-ciel de Chicago, une équipe d’informaticiens a monté une start-up baptisée Narrative Science, qui commercialise un moteur d’intelligence artificielle très innovant, capable d’écrire en quelques secondes des milliers d’articles, notamment de sport et de finance - deux domaines où l’information existe déjà sous forme de données chiffrées lisibles par des machines.

Comment