Ce n’est pas pour me vanter, mais j’ai connu Christine Berrou à ses débuts comiques, alors qu’elle embrassait une carrière de journaliste dans un journal en terre vendéenne. Voir aujourd’hui qu’elle fait se gondoler des salles de spectacle ne m’étonne qu’à peine. Je connais des témoins de mémorables poilades, la demoiselle excellant dans l’art du pince-sans-rire désopilant.

Désormais, c’est au quotidien qu’elle provoque chez moi un sourire, à la lecture de ses tweets qui comptent parmi ceux que je préfère. Il faut lire ses variations promotionnelles rassemblées 

sur son blog

 et autres traits d’esprit tout plein de candeur.

Vue de trop rares fois à la télé, jamais sur les planches, je guette un passage en tournée près d’Angers ou une escapade à Paris un jeudi soir pour découvrir son spectacle au Théâtre BO Saint-Martin.

Comment