Laissez les Sparks vous embraser

Sparks « Hippopotamus » (BMG)

 Les frères Ron et Russel Mael composent et jouent de la musique ensemble depuis près d’un demi siècle. Photo Eliane STOCKI

Les frères Ron et Russel Mael composent et jouent de la musique ensemble depuis près d’un demi siècle.
Photo Eliane STOCKI

A 72 et 68 ans, les frères Mael sont plus en forme que jamais. Ron et Russel jouent et chantent sous le nom des Sparks (étincelles en français) depuis le tout début des années 1970. Leur 22e album, « Hippopotamus » est une merveille, qui vous happe dès les premières mesures au piano du titre « Probably Nothing », façon comédie musicale.

Les Sparks ont beau couler des jours heureux sous le soleil de Los Angeles, ils n’oublient pas la France, avec laquelle ils ont toujours été complices (on se souvient de la collaboration avec Les Rita Mitsouko sur « Marc et Robert » et de la chanson « Singing in the shower » en 1988). Cette fois, c’est Edith Piaf qui donne son nom à l’un des plus beaux titres d’« Hippopotamus », pour dire qu’eux en ont des regrets, comme ils l’expliquent dans une récente interview à Libération : « La musique nous a accaparés au point que nous regrettons parfois de ne pas avoir vécu d’autres choses aussi fortement ».

L’abnégation est récompensée, car dans l’histoire de la pop, les Sparks sont un jalon. En 2004, le chanteur du groupe Franz Ferdinand s’était fendu d'un texte hommage, « pourquoi j'aime les Sparks » : « C’est seulement après quelques écoutes que vous pouvez vraiment apprécier leur musique, puis vous tombez amoureux et des groupes comme celui-là changent vos vies. Maintenant, je ne peux pas imaginer ma vie sans eux ». Dave Gahan et Martin Gore de Depeche Mode citent les Sparks comme l’une de leurs principales références, idem pour Morrissey.

Les Sparks 2017 débordent d’énergie audacieuse et accessible. Leur savant mélange de rock, de variétés, d’opérette et de comédie musicale ne doit pas rendre sceptique, faisant craindre qu’une soupe pareille reste sur l’estomac. Pour vous en convaincre, tentez « I Wish You Were Fun » et laissez les étincelles vous embraser. C’est tout l’amusement qu’on vous souhaite.