Elle chante la vie et ses souffrances

• Liz Cherhal « L’Alliance » (Little Big Music / Sony)

 Liz Cherhal se lance dans une nouvelle tournée pour accompagner « L’Alliance ».
Photo François GUILLEMENT.

Liz Cherhal se lance dans une nouvelle tournée pour accompagner « L’Alliance ».
Photo François GUILLEMENT.

Elle est Liz quand elle chante, Lise quand elle signe les paroles de ses chansons. Façon d’ajouter encore plus de sincérité à ses textes. Sur son dernier album « L’Alliance », elle les a tous écrits et on a une tendresse toute particulière pour la ritournelle « J’aimais mieux quand c’était toi » qui dit la tristesse de l’enfant quand ses parents se séparent. Quatre titres plus tôt, il y avait l’annonciateur « Je crois que je vais partir » et son chant en canon qui ne lasse pas d’émouvoir.

Les cordes, qu’elles soient celles frappées du piano, caressées ou rudoyées des violons, alto et violoncelle, ont une fois de plus la part belle sur ce disque. Le complice de toujours Morvan Prat est aussi au rendez-vous de cette « Alliance » pour laquelle il signe les arrangements. Avec une bonne dose de tempo électronique qui va à ravir.

De plus en plus à l’aise au fil de ses disques en solo (c’est le troisième), Liz Cherhal a composé les partitions de sept des onze titres de ce troisième opus. Mais la chanteuse ne s’empare d’aucun instrument, délaissant une nouvelle fois l’accordéon qu’elle porta pourtant longtemps en bandoulière.

Se plonger dans le livret est aussi un délice et montre que le streaming n’est pas encore à la hauteur pour vivre complètement le projet d’un ou une artiste. On y voit là de belles photos en noir et blanc (signées François Guillement). On y lit aussi des remerciements souvent amusants qui mêlent parents, amis et amours, sources d’inspiration (parmi lesquelles Dalida !). Et forcément la grande sœur, Jeanne.