Princesse Leyla, tout simplement

Leyla McCalla. « The Capitalist Blues » (Pias)

Leyla McCalla a quitté New York il y a huit ans pour retrouver ses racines à La Nouvelle-Orléans. Photo Sarrah DANZIGER

Leyla McCalla a quitté New York il y a huit ans pour retrouver ses racines à La Nouvelle-Orléans. Photo Sarrah DANZIGER

Leyla McCalla est une virtuose du violoncelle. Elle a pourtant laissé son instrument à la porte des studios quand elle a enregistré son dernier album, « The Capitalist Blues », sorti le 25 janvier. Ceux qui connaissent ses deux premiers disques seront donc surpris par les nouvelles couleurs de la musique de la jeune femme, électriques et saturées. C’est frappant sur « Aleppo », qui raconte le martyre de la ville syrienne d’Alep, quand sa voix forte doit se frayer un chemin dans le fracas des guitares et des basses poussées à fond par les amplis.

Au milieu de riffs tournoyants et moins âpres et des chœurs du magnifique « Heavy As Lead », elle sait aussi cajoler avec le renfort d'un orgue Hammond, impérial. Les cuivres sont aussi de la fête, comme au carnaval quand les fanfares déambulent dans les rues de La Nouvelle-Orléans (« Me and My Baby »).

Leyla McCalla est née à New York de parents haïtiens. Adolescente, elle a vécu deux ans au Ghana, en Afrique. De retour aux États-Unis, elle intègre l’université où elle se distingue par ses talents au violoncelle. Mais à la musique de chambre, elle préfère celle de La Louisiane où elle choisit de s’installer il y a huit ans. La culture créole s’impose alors dans ses compositions et ses textes. Le banjo prend le pas sur le violoncelle.

En choisissant de s’installer dans le bayou, au carrefour des cultures, Leyla McCalla fait feu de toutes les langues : français et anglais se fondent dans le créole qui rend familières ses chansons. Maman de trois enfants, une fillette de 4 ans et des jumeaux de 8 mois (garçon et fille), mariée au guitariste canadien Daniel Tremblay, elle mène une vie simple et rustique, dont elle partage les moments forts sur Instagram (@leylacello). On découvre ainsi qu’elle était à Paris ces derniers jours avec cette phooto d’elle allaitant ses deux petits, entre deux interviews de promotion. Simple.