Cabanes de plages

Mai 2018, sur la plage de Barneville-Carteret (Cotentin)

Un cadavre exquis chez Prévert

Le jeu est enfantin. D’une main innocente, il consiste à tirer de cinq paniers remplis de petits papiers les sujet, verbe et compléments d’une phrase qui n’aura ni queue ni tête quand ils seront assemblés. Une visite dans l’atelier à l’étage de la maison de Jacques Prévert à Omonville-la-Petite (Cotentin) a permis aux enfants de s’initier et de se découvrir des talents méconnus de poètes du hasard.

Cette variante du cadavre exquis a été inventée par les dadaïstes dans les années 1920. Jacques Prévert l’a même adaptée à l’art pictoral des papiers collés. En 1977, c’est David Bowie qui reprendra la technique (cut-up en anglais) pour écrire la chanson « Black-out » issue de l’album « Heroes ».

Serge Gainsbourg a aussi chanté le cadavre exquis et ses règles simplissimes : 

Si l'on jouait au jeu du cadavre exquis
Histoire d'nous passer un peu notre ennui
Tu écris un mot n'importe quoi
Et moi j'en inscris un autre après toi
La petite mouche à merde
A mis des bouchées doubles
Y a des coups d'pied qui s'perdent
Dans les roubles

 

Quelques jours en Normandie

Envoyé à Caen (Calvados) pour le travail, j’en profite pour arpenter la ville et découvrir un coin de France que je ne connais pas.

Deux jours en Touraine

Tours et la Touraine où nous avons découvert le photographe Lucien Hervé, la cathédrale et le Clos Lucé à Ambroise où séjourna Léonard de Vinci, invité par son voisin François 1er.

Les vacances en Provence, jour 5
IMG_0550.JPG

Nous avions visité la maison de Renoir à Cagnes-sur-Mer l’an dernier, une manière d’approcher, sans bien connaître sa peinture, la vie quotidienne du maître.l’an dernier, une manière d’approcher, sans bien connaître sa peinture, la vie quotidienne du maître.

Rebelote cet été avec l’atelier de Cézanne à Aix-en-Provence. C’est une grande maison à étage qu’il a faite construire tout exprès à mi-chemin des collines où il s’en allait peindre, son pesant attirail sur le dos et les épaules. Sa demeure était plus bas dans le bourg d’Aix et il gravissait le chemin dès le lever du soleil chaque matin pour se mettre au travail jusqu’à la mi-journée.
La guide qui nous raconte le quotidien du peintre nous explique qu’il était prodigieusement lent, posant son pinceau sur la toile au rythme d’une touche toutes les vingt minutes.
La configuration des lieux montre aussi combien la lumière obsédait l’artiste. Il avait exigé de l’architecte qu’il perce une immense verrière au nord (pour sa lumière diffuse) et deux grandes fenêtres au sud pour vérifier la manière dont ses œuvres recevaient le jour quand les volets étaient ouverts. Mais très vite, la blancheur des murs déplut au maître qui décida de recouvrir les quatre hauts pans d’un gris neutre, mélange de blanc et de noir avec une pointe de bleu outre-mer. Il perça aussi une porte passe-tableau dans le mur lui permettant de passer ses toiles dehors pour les confronter au soleil du jardin.
Cézanne a crée là plusieurs de ses chefs-d’œuvre, visibles dans les plus grands musées du monde. On doit à des passionnés américains la possibilité de parcourir ces lieux, depuis qu’ils ont cédé le trésor qu’ils avaient acquis à la ville d’Aix-en-Provence.

IMG_0551.JPG
IMG_0549.JPG
Les vacances en Provence, jour 4
IMG_0515.JPG

Les platanes. La Provence est leur royaume. On les voit partout, en procession sur le bord des routes, solitaires et trapus sur la place des église et les cours d’école. Ils ont beau revêtir ce qui ressemble à une tenue camouflage, ils sont inévitables - Albert Camus en a fait la désastreuse expérience quand la Facel Vega FV3B d’un fils Gallimard s’est encastrée dans un tronc un soir de l’hiver 1960, le 4 janvier exactement.

On dit aussi qu’en été les épileptiques ont tout intérêt à éviter de rouler vite (ou pas pas du tout) sous leur frondaison, car le risque est grand que l’effet stroboscopique produit par l’ombre et la lumière déclenche une crise. Préjudiciable au volant.

A l’heure de la sieste, la fraîcheur de leur feuillage est une invitation à piquer du nez et un bon roupillon, mais c’est sans compter sur les cigales qui ne l’entendent pas ainsi et produisent inlassablement leur concert de crécelle que l’on peut trouver soûlant, à la longue. Mais nous n’en sommes pas là.

IMG_0516.JPG
IMG_0517.JPG
Les vacances en Provence, jour 3
IMG_0514.JPG

Il a suffi d’un jour pour que s’envolent mes a priori sur Marseille. Je m’étais imaginé une ville bruyante avec des kékés au volant klaxonnant sans arrêt ; les cagoles à tous les coins de rue, les effluves de leurs parfums bon marché m’irritant les narines, des pickpockets sévissant tout le long du Vieux-Port. Quant à ce Vieux-Port, je pensais sa réputation surfaite : un décor de carte postale attrape-touriste.
Au lieu de ça, c’est une ville calme et souriante que j’ai découverte ; éprouvante aussi mais seulement quand il s’est agi d’arpenter ses quartiers. Nous nous sommes contentés du Panier et de Notre-Dame-de-la-Garde, en plaignant à rebours les coureurs du Tour de France qui ont dû grimper les côtes à fond de train samedi dernier.
Dommage donc que cette ville inondée de soleil soit trop souvent résumée à son équipe de football, Bernard Tapie, son maire Jean-Claude Gaudin et les règlements de compte qui jalonnent la chronique des faits divers dans les journaux écrits à Paris.

Après cette excursion d’un jour, les miens sont réglés avec la capitale de la Provence.

IMG_0505.JPG
IMG_0512.JPG
IMG_0507.JPG
IMG_0504.JPG
Les vacances en Provence, jour 2
   La Fondation Luma et la tour Gehry en construction.

 La Fondation Luma et la tour Gehry en construction.

Jour de pèlerinage ce jeudi en Arles.
L’un des papes de la photographie de rue, Joel Meyerovitz, a guidé en premier nos pas pour ce retour en terre sainte. L’aperçu de ses premiers travaux qui l’ont amené à la couleur est succinct. L’Américain retiré en Toscane aurait mérité plus grand que cette petite chapelle.
Miracle à la deuxième station de notre chemin, église des Frères prêcheurs, où Michael Wolf, un photo-journaliste devenu artiste, présentait ses obsessions urbaines. Nous ne savions pas ce qui nous attendait et avons été subjugués par sa vision de la densité de la ville à Hong-Kong.

Bonne fée

Arles a l’allure d’une ville modeste et sans prétention. Mais la gitane orgueilleuse s’est trouvée une bonne fée fortunée, Maja Hoffman, qui a décidé d’en faire la princesse des arts. Et commencé par dresser vers le ciel une tour qui se voit de très loin, œuvre de l’architecte du musée Guggenheim à Bilbao, Frank Gehry.
Avec la complicité de Françoise Nyssen, la patronne d’Actes Sud nommée en mai ministre de la Culture, les papesses pourraient bien faire de la cité qui a vu grandir Christian Lacroix La Mecque des arts en France.

En l’abbaye de Montmajour, nous avons vu sur un grand mur Audrey Tautou en tenue d’Eve dans la forêt. Mais la bienséance nous interdit d’évoquer là ses seins.

Les vacances en Provence, jour 1

On ouvre les portes de la voiture et c’est la Provence qui chante. Les cigales couvrent le bruit du vent dans les pins parasols et maritimes du camping Flower Provence où nous nous installons pour la semaine, du mercredi au mercredi (une aubaine pour le temps passé sur la route).

Notre maison est en plastique, fabriquée en Vendée. A Talmont-Saint-Hilaire dans une filiale des chantiers navals Bénéteau si je me souviens bien. Modèle O’Hara, qui nous ramène donc à Autant en emporte le vent. Le fil rouge de la journée.

En venant, ce fichu vent qui attise le feu a fait parler de lui chaque heure des infos. A mesure que nous avancions vers le sud, nous l’avons aussi vu secouer les arbres et saisir l’opportunité de propager dans un champ voisin les flammes d’une Audi qui s’était embrasée sur le bord de la route.

IMG_0497.JPG

Se promener le soir avec la poubelle et la vaisselle ou les joies du camping. 

En Bretagne
Les cerises
Quand Archimède gare sa Méhari le temps d'un soir au Chabada

En tournée depuis un mois à bord de leur album « Méhari », le groupe lavallois Archimède emmené par les frères Boisnard est revenu à Angers au Chabada jeudi soir.

Le spectacle a affiché complet avec plus de 300 spectateurs dans la moiteur du club (dont moi-même, dans la fosse).

La bagnole désormais bien rôdée, Nico au volant, Fred à la guitare, Daniel Marsala à l'autre, Julien Zanetti à la basse et Olivier Ferrarin à la batterie ont déroulé un show pop et rock à souhait.