Articles dans Vélo
Le Brompton est bel et bien le vélo idéal

Voilà maintenant un an que je roule sur ce petit vélo. Après mon achat, fin juin 2012 chez En Selle Marcel à Paris, je m’interrogeais sur ses qualités de vélo idéal. Dans un billet, je racontais comment Marie (merdunord) m’avait fait découvrir la petite merveille vélocipédique il y a huit ans. Son Brompton rouge flamboyant à l’allure de bicyclette de clown laissait dubitatif quant à ses performances. Mais un essai sur une route de campagne montrait que la méfiance n’était pas justifiée. Le rendement de la petite bécane est certes moindre que celui d’un vélo dit classique, mais quelle nervosité au démarrage et quelle capacité à se faufiler ! Dans la rue, sous le bureau, dans un placard ou dans le coffre de la voiture.
Pendant les vacances, les deux vélos pliants (le mien et son aîné rouge) s’y glisseront, tandis que ceux des enfants suivront, posés sur le haillon. Puis, à nous les randos au bord du Rhône sur la ViaRhôna, découverte ce matin même. Où nous verrons à nouveau que tout est plus facile en Brompton : taper la discute en roulant, s’arrêter pour un oui pour un non, faire demi-tour d’un seul coup sur une bande cyclable…
Après un an et 2000 km au compteur, le bilan est sans appel : le Brompton est bel et bien le vélo idéal.

 

Le Tour de Fête de Fottorino

Eric Fottorino ne cessera donc jamais de nous étonner. Ses histoires de vélo nous ravissent depuis toujours. Elles avaient démarré en 2001 quand, à quarante ans passés, il avait décidé de courir le Grand Prix cycliste du Midi Libre. Il racontait son épopée parmi les professionnels dans l’épatant « Je pars demain » (Folio).
Quelques récits intimes plus tard, le vélo, qui depuis toujours lui tourne dans la tête, revenait sur les tables des libraires avec son « Petit éloge de la bicyclette ».
En 2013, l’ancien (grand) patron du Monde remet le couvert dans les rayons et sur la route du Tour de France. Un texte inédit est sorti ces jours-ci (toujours chez Folio pour 2 €), « Petit éloge du Tour de France ».
Mais surtout, le mordu s’est entouré d’une belle équipe prête à le suivre dans une nouvelle idée folle : pour célébrer la centième édition de la Grande Boucle, l’écrivain et journaliste a décidé de parcourir à vélo le tracé complet du Tour 2013 – 3 360 km, 29 cols de haute montagne – en compagnie de vingt-trois jeunes cyclistes amateurs, 5 filles et 18 garçons, représentant la diversité de la société française. Recruté sur l’ensemble du territoire, le peloton sera emmené par David Moncoutié, ancien coureur professionnel. L’événement se déroulera chaque jour la veille de l’épreuve des professionnels. Ils partent ce samedi de Porto-Vecchio, en Corse.
Un site internet permet de suivre l’aventure, baptisée Tour de Fête.

 

Impeccable Anjou Vélo Vintage

L'Anjou Vélo Vintage est, à mes yeux, le plus beau rendez-vous de l’année en Maine-et-Loire. Il attire des milliers de passionnés de vélos rutilants sur les routes du Saumurois depuis maintenant trois ans. Le succès ne se dément pas. Hier encore, le 23 juin donc, venus de France, d’Europe et du monde, 2300 cyclistes de tout poil – parmi lesquels Anne, Fanfan et moi ! – ont pris le départ, le vent dans le dos, pour 46 km à travers les vignes, les troglos et les caves des bords de Loire.

Cette escapade est un moment unique hors du temps, tout en sourires et en couleurs. Des champions étaient de la partie : en jaune, le légendaire Joop Zoetemelk qui courut 16 fois le Tour de France, n'abandonna jamais, et remporta celui de 1980 ; en rose, l'Angevin Régis Délepine, lui aussi coureur de la Grande Boucle et vainqueur d'étape en 1974.

Au petit jeu du vintage, les Anglais sont définitivement les meilleurs avec des bécanes et des accessoires qui rivalisent d'élégance : selles Brooks et autres sacoches Carradice, pour ne citer que ces marques…

AVV, J-4 : le chic anglais à bicyclette

A J-4 de l'Anjou Vélo Vintage, ma monture est parée pour les 46 km de rando à travers le Saumurois. On l'aura deviné, j'ai donc opté pour le chic anglais : Brompton made in London ; selle, poignées et sacoche avant Brooks made in Smethwick ; sacoche de selle Carradice, made in Nelson (à la main par Sue, c'est signé dedans !). 
Où l'on voit que maintenir les manufactures au pays n'est pas un vain mot, ceci dit au passage.

 

Une manière de chauffer le Brompton

Juin approche et avec L'Anjou Vélo Vintage. Avec une bonne nouvelle aujourd'hui : le Brompton est le bienvenu sur les routes du Saumurois. Ouf ! Car je me voyais mal réitérer la rando d'une cinquantaine de kilomètres sur un vieux clou du style de celui que j'avais enfourché l'an dernier : un antique Poulidor, cette bécane de supermarché indigne du coureur qu'il fut.
Mais revenons au Brompton… Cherchant quelle tenue envisager pour s'accorder au mieux avec ma monture, j'ai trouvé cette vidéo qui constitue à la fois un programme d'entraînement et une possibilité d'accoutrement. Si toutefois le temps n'est pas meilleur le 22 juin !

La cote d'alerte est atteinte

Il a plu un jour sur deux ces six derniers mois en Anjou. Nonobstant le coup que ça fait au moral, ça a aussi des effets sur le tour de taille. Je m’explique : qui dit trop d’eau, dit moins de vélo ; et qui dit moins de vélo, dit moins de calories brûlées et donc : un cran perdu sur la ceinture.
Rapide coup d’œil sur les statistiques vélocipédiques. Il est sans appel : 488 km parcourus en mars 2012, contre 64 le mois dernier !
Un seul mot d’ordre désormais : se reprendre, graisser la chaîne pour dégraisser soi-même.

La légende Bradley Wiggins
Bradley est extrêmement sensible aux légendes du cyclisme, et le Giro est une course presque aussi mythique que le Tour de France. Il a dressé une liste des choses qu’il veut accomplir, et le Giro y figure. Tout comme Paris-Roubaix
En Grande-Bretagne, Bradley est déjà une légende. Les gens qui, avant cet été, ne connaissaient rien au cyclisme ont apprécié sa modestie, sa franchise et son style vinage.

Paul Smith, couturier, à propos de Bradley Wiggins dans M, le Magazine du Monde.

Une nouvelle fois de belles photos et une belle histoire du Bikerist.

thebikerist:

Caroline et le vélo de sa grand mère.

Belle et triste histoire que celle du vélo de Caroline, dont les dernières images sont dans la série que vous voyez à l’écran… Son vélo ayant été volé une semaine après le shoot. 

Ce magnifique vélo de 1920, dont on a pas la marque, single speed, freins anglais (à tiges donc), selle en cuir Brown d’origine, appartenait déjà à la grande soeur de sa grand mère.

Parisiennes, elles ont été élevées et ont grandi dans le 1er derrière le louvrePendant la 2e guerre mondiale, et je cite Caroline, “sa grand-mère, chef de famille, enfourchait le vélo et partait à la campagne. L’air de rien, et au nez des allemands, elle rapportait le ravitaillement pour la famille et l’entourage. Faire tous ces kilomètres avec ce vélo… un exploit quotidien à mes yeux, c’est un tank qui roule assez mal… Ma grd-mère n’a, à ma connaissance, pas tenu de rôle spécial dans la Résistance, mais rester à Paris pendant l’Occupation, est déjà un acte de résistance au quotidien. Ma famille tenait une boulangerie, elle contribuait donc, dans la mesure du possible, à nourrir la population parisienne.“ 

_Caroline a fait une remise à neuf perso. et effectuée un changement de pièces à la Bicyclette début mai (chaîne, plateau de pédalier, pédales) avec la consigne absolue de rester dans l’esprit du vélo, pas de clinquant, ni de chrome. Elle avait en projet d’installer un vieux panier carré à  l’arrière…

_Le foulard qu’elle a noué autour du cintre, est un souvenir de l’Anjou vélo vintage, où son vélo “a retrouvé pleins de vieux copains, ils étaient entre eux, entre très vieux vélos, c’était beau…”

_Caroline fait aussi parti d’un crew : les Déglin’Girls :
“A l’Anjou vélo Vintage, on partait avec le Rock’n Rollin, il nous fallait un crew de meufs, on a cherché et hésité un moment, en tout cas on avait notre tenu : l’ouvrier ‘conge-paye’, 1930 environ. Départ à 6h du mat’, on s’est tous retrouvés autour d’un café-croissant à la gare, c’était le début d’un week-end mémorable ! la “collo” à l’état pur ! Le nom est venu naturellement à la fin du week-end : les Déglin’GirlsCasting de rêve : Caro Paulette (Paulette-à-roulettes), Constance Pentier, Amélie Bonnet Villalonga, Sophie Cazaux, Marion Leotey, notre guest du Rock’n Rollin : Émilie Royer et notre mascote David Rizzo et moi-même.”

The Bikerist 

A 101 ans, le vaillant Robert Marchand

Robert Marchand sur la ligne de départ de la randonnée

Anjou Vélo Vintage, à Saumur le 24 juin.

Robert Marchand refait parler de lui. Il aura 101 ans dans deux mois et va tenter vendredi de battre le record – dans sa catégorie ! – des 100 km à vélo, sur la piste du vélodrome de Lyon. Une journaliste de France Inter l’a rencontré dans son petit studio de Mitry-Mory (Seine-et-Marne). Elle y a vu ses deux vélos, dont l’un près de son lit, et sa collection de maillots.

“Ces guiboles-là, elles ont plus de 450 000 km”, se marre le centenaire que l’on avait vu au départ de l’Anjou Vélo Vintage à Saumur. Robert Marchand n’a pas de secret de longévité. Il dit simplement : “Que ce soit les êtres humains, les animaux ou la végétation, on dégénère. Moi, j’ai la chance de dégénérer tout doucement”. Allez Robert !

thebikerist:

____________________

FR

Fred et son CINELLI Super Corsa X Ghisallo Wooden Rims X Curtis Odom Vintage Style Bicycle Parts (montage @ La Bicyclette Paris)

Son montage rétro moderne, au look parfait avec les nouvelles roues en bois de Ghisallo ! 

Un peu d’histoire, Ghisallo est une entreprise familiale quasi centenaire, qui perpétue la tradition de la roue en bois. Et la font evoluer avec des inserts en carbone, qui rendent la roue aussi solide et légère qu’une roue en métal. Le look est impressionnant, on peut rouler sous la pluie, gonfler les pneus à 10 bars et ça ne casse pas.

Bois oblige, les patins de freins sont en liège…

Ses moyeux Curtis Odom grande flasque au look vintage et alliage moderne s’accorde parfaitement avec les roues en bois Ghisallo.

Fred partage la vision du vélo de la marque Cinelli et de son boss Antonio Colombo et sa galerie d’art, premier sur le fixe avec Mash, les collaborations de longues dates avec des artistes comme Keith Haring à l’époque, pour n’en citer qu’un, leur développement aux US et leur vision du marketing.

Toujours en fixeFred aime de plus en plus les longues distances, avec un vélo de course mais pas véritablement, il a mis des pneus de 25 pour plus de confort, un pédalier triple, 10 vitesses, pour monter plus facilement avec une sacoche chargée, pour faire moins d’effort en roulant sur de longues distances.

Il aime bien et participe aux rides de l’Anjou vélo vintage et l’Eroica. Au moment où je l’interview il part dans quelques jours faire la North Sea Cycle Route...

Membre du Rocknrollin’mais soulé par l’esprit d’une partie de la scène pignon fixe parisienne qui manque d’humilité, au départ ouverts et organisateurs d’event pour tous, sa team a fini par organiser leur propre rides. Même si les Rocknrollin’ manquent de temps, ils ont quand même sur leur liste le Paris-Roubaix et le Milan - San-Remo ainsi que d’autres périples avec des moyens et l’aide de Cinelli qui leur a fourni des vélos sur leurs différents rides.