Articles dans Musique
A lire aussi dans écouter…
Un cadavre exquis chez Prévert

Le jeu est enfantin. D’une main innocente, il consiste à tirer de cinq paniers remplis de petits papiers les sujet, verbe et compléments d’une phrase qui n’aura ni queue ni tête quand ils seront assemblés. Une visite dans l’atelier à l’étage de la maison de Jacques Prévert à Omonville-la-Petite (Cotentin) a permis aux enfants de s’initier et de se découvrir des talents méconnus de poètes du hasard.

Cette variante du cadavre exquis a été inventée par les dadaïstes dans les années 1920. Jacques Prévert l’a même adaptée à l’art pictoral des papiers collés. En 1977, c’est David Bowie qui reprendra la technique (cut-up en anglais) pour écrire la chanson « Black-out » issue de l’album « Heroes ».

Serge Gainsbourg a aussi chanté le cadavre exquis et ses règles simplissimes : 

Si l'on jouait au jeu du cadavre exquis
Histoire d'nous passer un peu notre ennui
Tu écris un mot n'importe quoi
Et moi j'en inscris un autre après toi
La petite mouche à merde
A mis des bouchées doubles
Y a des coups d'pied qui s'perdent
Dans les roubles

 

Quand Archimède gare sa Méhari le temps d'un soir au Chabada

En tournée depuis un mois à bord de leur album « Méhari », le groupe lavallois Archimède emmené par les frères Boisnard est revenu à Angers au Chabada jeudi soir.

Le spectacle a affiché complet avec plus de 300 spectateurs dans la moiteur du club (dont moi-même, dans la fosse).

La bagnole désormais bien rôdée, Nico au volant, Fred à la guitare, Daniel Marsala à l'autre, Julien Zanetti à la basse et Olivier Ferrarin à la batterie ont déroulé un show pop et rock à souhait.

 

Merci aussi magic

Un retour magistral de la revue pop moderne dans la boîte aux lettres. Avec son lot de découvertes (Noname dès la page 6) et la joie de lire là des plumes aimées (Johanna Seban, Sophian Fanen…)

Publié sur @sebboisnard (Instagram) le 14 janvier 2017

Pain-Noir, d'une beauté inouïe

Avec deux poignées d'autres, Pain-Noir (François-Régis Croisier à l'état-civil) a enregistré cette chanson, La Retenue, pendant l'été 2014. Elles ont d'abord vécu sur le vinyle noir. Puis, le label Tomboy lab (Sony) a repéré l'Auvergnat et permis la sortie moins confidentielle d'un album somptueux, augmenté de trois inédits.

J'en ai lu qui pensent à Sufjan Stevens et à Yves Simon en l'écoutant (Les Inrocks), d'autres qui y entendent Françoise Hardy (Rock'n'Folk) ! A moi : l'effet qu'il me fait est le même que celui qui me saisit pendant l'hiver 2004 et longtemps après avec Bonnie 'Prince' Billy et "the letting go". C'est dire.

 

Archimède, d'un bambou l'autre

Le gagnant de la tombola est reparti avec la guitare repeinte du clip « Julia ».

Comme tout droit échappés de la jaquette d’Arcadie, les garçons d’Archimède sont apparus sur la scène dressée devant un rideau de bambous dans le jardin de la Perrine, Laval.
La télé (France 3 Pays de Loire) était au rendez-vous pour saluer les retrouvailles qui ont pris un tour potache quand a commencé la tombola. Pour un peu, on se serait cru à la kermesse !  Du meilleur effet, très Archimède !


Le vrai clip de Julia, enfin, en exclu sur le Parisien

C'est une exclusivité du Parisien.fr ce mardi matin : le nouveau clip d'Archimède : Julia.

Avec ce texte, qui annonce du tout bon pour la suite :

« Archimède continue à pousser. Un premier album révélation. Un deuxième confirmation. Un  troisième consécration? C'est tout le mal que l'on souhaite à ce duo de Laval que l'on suit de près depuis 5 ans. Un tandem de frangin. Les Boisnard, Nicolas et Frederic. Le premier écrit et chante. Le second joue de la guitare et compose. 
En trois disques, Archimède est parvenu à croiser avec malice l'ironie de Dutronc et l'arrogance d'Oasis, le verbe haut en français et les mélodies généreuses à l'anglaise. 

Et le duo continue de construire ce pont au-dessus de la Manche dans son nouvel album “Arcadie”. Vous avez dit “Arcadie”? “L'Arcadie, c'est le paradis terrestre, mais c'est aussi le paradis perdu, explique Nico, l'un des deux Archimède. Ça désigne à la fois le pays du bonheur et l'âge d'or révolu. C'est un mot ambivalent, à double fond. Il résume parfaitement notre album parce que notre optimisme solaire ne va pas sans une conscience tragique.”

Alors en Arcadie, on pleure, on crie, on rit. Difficile de ne pas être touché par “Le Grand Jour”, sublime final sur les enfants hospitalisés. Impossible de ne pas se révolter à l'écoute du grinçant “Toi qui peines au bureau”, lettre des ronds de cuir adressée aux besogneux. Et on ne lasse pas non plus du savoureux “Ça fly away”, hilarante charge contre les franchouillards qui composent en anglais. 

Archimède lui chante en français et peut en être fier. En attendant ce troisième album qui sortira le 16 juin, nous vous proposons de découvrir en avant-première le clip du nouveau single du groupe intitulé “Julia” ».

Archimède, vu de dos

Archimède à FestiBosse, le festival de Beaufort-en-Vallée en Anjou, samedi 21 septembre pour la dernière date de la tournée "Trafalgar".

Je n’avais jamais essayé le concert vu du fond de la scène. C’est fait, mes oreilles s’en souviennent encore. J’ai d’abord pris ça comme une faveur de mes frérots, Nico et Frédé (pour moi, c’est pas Fred), mais j’ai déchanté quand, des amplis posés à l'envers, ont déferlé des rafales électriques de guitares. Et puis le chant, comme une bouillie indéchiffrable. Les gars me l’avaient déjà dit : le son est génial pour le public, mais ils doivent être équipés de retour pour entendre ce qu’ils jouent et éviter trop les « pains ». C’est le mot d’aujourd’hui pour dire « canards ».

Pour le confort, le fond et les bords de scène, c’est pas l’idéal non plus, dans l’angoisse de débrancher un câble ou de jouer l’intrus. A la vérité, je me demande comment ils font pour ne pas s’étaler au milieu de tout ce fatras, entre pieds de micros, porte-guitare et podium pour la batterie.

On ne s’étonnera donc pas de photos des garçons vus de dos, mais je n’ai pas eu le feu vert pour passer devant.

Patience & Prudence tout l'été

Ces chansons datent des années 1950. Elles sont mes préférées du moment et tournent en boucle à la maison et sur mon vélo. La fiche wikipedia des demoiselles raconte que c’est leur père, le pianiste de Sinatra, Mark Mcintyre, qui eut l’heureuse idée, à l’été 1956, de coller ses filles, Patience (14 ans) et Prudence (11 ans), au micro et de leur faire chanter d’innombrables tubes que voici. Ecoutez, c’est un bonheur.

 

Les jeunes et Johnny

« Avec Johnny Hallyday, on touche au sacré. C’est ce qui attire les musiciens plus jeunes […] Quand on écrit, quand on compose, on veut une super voix, ce qu’il a. Ces jeunes savent aussi qu’avec Johnny ils auront du succès et joueront sur des scènes extraordinaires. Lui a toujours été curieux. Depuis le début, il cherche les petits nouveaux. En 1955, il a choisi Jimi Hendrix pour ses premières parties de concerts ! », raconte Yves Bigot, l’un des biographes de la star qui file sur ses 70 ans.
Pour les petits nouveaux, les garçons d’Archimède ne démentent pas, eux qui ont composé « A l’Abri du Monde » sur le dernier album de l’idole et frayent avec en lever de rideau de quelques uns de ses concerts.
Les deux frères – qui sont aussi les miens ! – joueront dans le Théâtre antique de Vienne le 18 juin et dans les Arènes de Nîmes le 27. Scènes extraordinaires, comme dit Bigot !

Pour l’article complet dans Libé (chaudement recommandé), c’est par là.

Laissez-vous vampiriser

Vampire weekend ne doute de rien. Et ça réussit aux quatre New Yorkais depuis 2008. Quand il fallu qu'ils se trouvent un style pour accompagner leur musique, leur leader Ezra Koening explique : "On s'est sentis naturellement attirés par ce qui donnait l'air stupide, maladroit, conservateur. C'était drôle, ça collait bien à nos chansons, même si dans la vie on n'avait pas ce style". Dès l'origine, tout pour me plaire, donc. Surtout la musique qu'ils offraient alors ; comme si le Paul Simon de Graceland se trouvait réincarné en quatre.
Cinq ans après ces débuts prometteurs, les Vampire reviennent avec un album à la pochette en noir et blanc (une vie aérienne de New York prise le 24 novembre 1966, et un titre en plein et en délié : Modern Vampires of the City). Les plages oscillent entre pure joie de jouer et mélancolie.
En 2013, à l'heure où tous les groupes se résignent à publier illico presto leur musique en streaming, Ezra Koening et sa clique ont fait le pari de la vente en magasin. Avec succès. Trois semaines après sa sortie, l'album n'était toujours pas disponible sur Spotify ou Deezer, mais caracolait en tête des hit-parades, aux Etats-Unis notamment.
Vampire Weekend démontrait ainsi la force de la fidélisation. La preuve étant faite que le CD n'est pas mort, les voilà qui débarquent aujourd'hui mardi sur les plateformes. Que ceux qui ne connaissent pas encore écoutent, c'est extra !

Dandies + Doherty = coup de maître

Le New Musical Express anglais (NME) en parle, c’est dire si les Dandies viennent de réaliser un gros coup. Jusque là, jamais entendu parler d’eux. Tout à fait par hasard, je suis tombé sur une info dans laquelle je découvrais que Pete Doherty (ex Libertines et Babyshambles) s’était invité dans les chœurs d’un « obscur groupe français » (« an obscure French band called Dandies ») sur le titre « L comme liaison ».
Désireux d’en savoir plus, je découvre que les garçons viennent du Mans, que leur ambition est de chanter en français des chansons pop et rock. De chouettes cousins pour Archimède, en somme.
Le clip donne une petite idée de ce à quoi ressemble la fête entre jeunes gens d’aujourd’hui, colorée et déboutonnée.

Archimède, Mayennais des Mayennais

Archimède élus Mayennais des trente dernières années. Si ça c'est pas une consécration ! Il faut savoir savourer le comique de la situation, car mes deux lascars de frères grillent la politesse à Michel Besnier, l’inventeur du beurre et du fromage Président et Michel Le Milinaire, entraîneur du Stade Lavallois à la grande époque, qui emmena ses joueurs jusqu’en Coupe d’Europe (pour ne citer qu’eux) !
Quelque chose me dit que les fans se sont mobilisés pour les hisser si haut. Il faut reconnaître qu’ils avaient un boulevard, l’organisateur ayant eu la bonne ou mauvaise idée – c’est selon – d’ouvrir le vote exclusivement aux internautes.

 

 Fred et Nico, couronnés Mayennais des trente dernières années. Fallait oser !

Fred et Nico, couronnés Mayennais des trente dernières années. Fallait oser !

Une ode aux passeurs
 Bernard Lenoir. Photo : Christophe ABRAMOWITZ/RADIO FRANCE

Bernard Lenoir. Photo : Christophe ABRAMOWITZ/RADIO FRANCE

Souvent on me demande « Où as-tu trouvé ceci, où as-tu trouvé cela ? » La réponse est toute simple : en faisant confiance aux passeurs. Ils et elles sont critiques dans les journaux, animateurs à la radio ou bloggers sur internet. Ils et elles n’ont pas la science infuse, mais rares sont les fois où ils m’ont déçu. On peut prétendre forger son goût tout seul. Possible, mais je pense qu’on passe alors à côté d’un tas de pépites.
J’écoutais hier Bernard Lenoir qui était l’invité de Valli dans « Pop, etc ». Toute sa carrière aux commandes de son émission culte « C’est Lenoir », il l’a passée à écouter des disques pour dénicher la perle qu’il diffuserait le soir venu et que personne encore n’avait entendue.

Voici ses mots : « Le ressort, il est tout simple : on écoute des tonnes de disques, de la musique à longueur de journée, dès l’instant où on se lève jusqu’au soir, en se demandant ce que l’on va programmer.  Et tout d’un coup, en mettant un disque sur la platine, on ne sait pas qui c’est, c’est un nouveau groupe et il se passe un truc. On est touché, interpellé. Quand on fait ce métier, la première chose dont on a envie, c’est de le faire partager le soir même à ses auditeurs ».…